L’œil d’Hermès
Collectif d’explorateurs

Categories

Accueil > Regards > Le désert de l’ignorance

19 septembre 2012
Mathias

Le désert de l’ignorance

JPEG

Je prends un minibus pour Tananarive, je suis désormais sur le chemin du retour. Le cœur un peu noué, je regarde les paysages flamboyants des hauts plateaux défiler. Tuléar est maintenant bien loin derrière nous et, nous sillonnons désormais entre des petits vallons couverts de hautes herbes sèches. Le soleil descend tranquillement et, peu à peu, les champs dorés s’assombrissent. Rapidement, je n’aperçois plus que de vagues formes courbes qui se dessinent sur l’horizon bleu marine. À cette heure, les montagnes qui m’entourent prennent un côté effrayant. Soudain, une immense ligne rouge serpentant sur les reliefs attire mon regard. L’air se charge de lourdes odeurs de fumée qui me donnent rapidement la nausée. La terre est touchée à vif, la terre saigne. Sous l’incendie volontaire, la terre meurt, la vie s’éteint à jamais.

Le tavy est une pratique culturale qui consiste à mettre le feu aux terres. Elle permet par la suite de favoriser la pousse d’herbes jeunes, bien vertes, idéales pour l’alimentation du bétail. La taille du feu que nous longeons actuellement est impressionnante. Voila plusieurs minutes que nous roulons à coté du front meurtrier et les flammes s’étendent encore très loin devant nous. Elles couvrent plusieurs kilomètres. Quand on sait que les animaux de Madagascar comptent beaucoup de reptiles, d’insectes et arthropodes aptères, j’imagine que le brasier que je vois est un véritable charnier. À la lueur des flammes, le contour de grands troncs et la cime d’arbres se dessine.

JPEG

La zone était sûrement riche en biodiversité. Ces feux à répétition sont d’une telle ampleur qu’ils représentent un véritable génocide pour les espèces endémiques de l’île. Leur impact sur l’environnement est catastrophique. D’abord ces feux déciment des espèces animales et végétales que l’on ne trouve nulle part ailleurs sur terre. Ensuite et à plus long terme, ils entraînent irrémédiablement la désertification de la zone déjà hostile aux cultures. En effet, les feux répétés font disparaître les couches humides qui composent le sol. Ces dernières sont indispensables pour que la majorité des plantes puissent pousser. De plus, une fois mis à nu, le sol est exposé au rude climat. Le vent et le soleil emportent la couche organique et peu à peu il ne reste plus que des cailloux. Malheureusement, le climat très particulier de la zone ne permet pas au sol de se recomposer. La forêt ne peut plus s’implanter et les cailloux gagnent du terrain. L’écosystème forestier riche en biodiversité avec des interactions interspécifiques complexes laisse place au désert très pauvre.

JPEG

Dans un futur proche, on peut penser qu’il ne restera plus sur l’île que les zones classées pour accueillir les espèces naturelles. Pour l’homme, on peut se demander comment les habitants de la façade ouest de l’île (la zone aride) feront pour se nourrir. Déjà, il y a régulièrement des mobilisations du nord de l’île pour l’envoi de denrées vers Tuléar durant la sécheresse qui sévi de plus en plus fort.

Face à cette catastrophe écologique, les Malgaches ne restent pas insensibles. Pourtant, les feux ne cessent pas. En parlant avec les autochtones, j’ai un peu mieux compris le problème. Le Tavy est culturel. Il n’est pas une solution pour produire plus mais, le manque d’information sur la question ne permet pas aux agriculteurs d’en prendre conscience. Une autre cause de la déforestation et de la disparition d’espèces est le trafic. Le responsable du parc de Masoala m’explique que les autorités locales sont la source des trafics qu’elles encouragent. Quant à la police, corrompue, elle tire un grand profit de ce genre d’infraction alors elle ferme les yeux. De leur côté, les autochtones me disent que lorsque le ventre crie famine toutes les solutions sont bonnes pour gagner un peu d’argent. Beaucoup me disent :

Quand nous aurons le ventre plein nous pourrons penser à la nature.

Commentaires

Répondre à cet article